Les grands contextes géodynamiques

1. Les zones d’accrétion, où les plaques s’écartent :

Les zones d’accrétion sont pour l’essentiel immergées sous les océans et échappent à l’observation directe. Pourtant, on estime qu’entre 10 000 et 20 000 centres éruptifs actifs jalonnent ces limites. Le volcanisme des zones d’accrétion est surtout connu aux rares endroits où cette dorsale mondiale émerge. L’un des meilleurs exemples est l’Islande.
Les zones d’accrétion se divisent en deux ensembles :

  • dorsales océaniques (dorsale médio-Atlantique, dorsale Pacifique…),
  • rifts continentaux (rift Est-africain)

2. les zones de subduction, où convergent les plaques :  marges actives ou arcs insulaires

C’est le long de ces limites de plaques que se manifeste le volcanisme explosif. La zone la plus célèbre est la ceinture de feu du Pacifique : elle borde cet océan de tous côtés, à l’exception du sud. Elle concentre plus de 60 % des volcans actifs émergés de la planète.
Les zones de subduction se divisent en deux ensembles :

  • subduction continentale : c’est le lieu où une plaque océanique plonge sous un continent. La côte Pacifique de l’Amérique du Sud en est un bon exemple
  • subduction océanique : une plaque océanique plonge sous une autre, donnant naissance à des arcs insulaires (Antilles, Indonésie…)

3. Les « points chauds », indépendant de la limite des plaques

Liés à la remontée de panaches thermiques profondément enracinés dans la planète. Ces panaches, encore appelés diapirs, s'élèvent de quelques centimètres par an ; ils prendraient naissance soit à la base des cellules de convection du manteau, soit à la limite noyau-manteau. Ces remontées de chaleur fondent partiellement les roches du manteau supérieur en arrivant à proximité de la surface. Ils percent les plaques indépendamment de leurs limites. Les liquides produits donnent naissance à un volcanisme intraplaque effusif et faiblement explosif : ainsi se sont édifiés les vastes volcans-boucliers de la Réunion, des îles Hawaii ou de Polynésie…

Combien de points chauds existe-t-il précisément sur notre planète ?

Les avis divergent. À l'échelle des temps géologiques, ce sont des phénomènes temporaires, dont certains perdurent malgré tout depuis plusieurs dizaines de millions d’années. Selon les avis, ils seraient entre 6 et … une centaine !

Vers le haut


l'espace

Machine Terre

un espace dédié entièrement à la connaissance de la planète Terre

Expérimentez